Êtes-vous pour ou contre la reconnaissance faciale en France ?

Mise au point par Google et Facebook, la technique de reconnaissance faciale permet l’identification d’une personne recherchée. Mais légalement, la technique ne peut être encore déployée dans un lieu public. La CNIL (commission nationale de l’informatique et des libertés) estime son caractère trop intrusif remettant en cause la liberté de circuler librement et anonymement.

Et vous, êtes-vous pour ou contre la reconnaissance faciale en France ? Vous pouvez répondre à la question avec notre sondage proposé en fin d’article.

Comment fonctionne l’application de reconnaissance faciale Alicem ?

L’application de reconnaissance faciale s’appelle Alicem et devrait prochainement permettre au ministère de l’intérieur de retrouver l’identité des personnes circulant sur le territoire français.

Son fonctionnement suppose de scanner la photographie de son passeport et d’envoyer une vidéo de son faciès. Le sujet est d’actualité et le service sera techniquement opérationnel dès le mois prochain.

Mais face à cette nouvelle pratique, les critiques pleuvent et le gouvernement d’Emmanuel Macron a fait savoir qu’il doit encore réfléchir sur le déploiement de la technique de reconnaissance faciale dans les lieux publics.

Reconnaissance faciale : une économie de main-d’œuvre et de temps

Avec le nombre important de caméras de surveillance dans les transports, dans les villes et dans les stades, la quantité d’images exploitables est gigantesque.

Pour mener une enquête, cela représente une dose de travail pharaonique. Suite aux attentats du Bataclan et de l’hypermarché Casher, les enquêteurs ont dû visionner des milliers d’heures de vidéo simplement pour repérer les bourreaux de ces attaques. Ils auraient pu économiser un temps important en ayant recours à la reconnaissance faciale.

La reconnaissance faciale : un système avec ses lois

Ce serait une erreur de confondre le personnage du roman Big Brother avec la reconnaissance faciale telle que nous l’envisageons aujourd’hui.

L’objectif n’est pas de surveiller constamment la population mais bien de se focaliser sur des cibles précises. De toute façon, une législation permettra de définir l’utilisation du système.

Le citoyen français a d’ailleurs beaucoup plus de chances d’être repéré en payant avec sa carte bleue que d’être traqué par une caméra !

Des résultats discutables

Dans le camp des personnes qui sont opposées au développement de la reconnaissance faciale en France, l’argument principal évoque que ce système aura des résultats médiocres.

Aussi, des erreurs d’interprétation d’images pourraient porter atteintes à des innocents car le système de reconnaissance demeure parfois approximatif.

De plus, les bandits et les terroristes seront au courant et pourront se déguiser pour tromper le système. Sans oublier que les policiers réalisent certainement un travail plus performant sur le terrain que les yeux rivés sur un écran.

Et vous, que pensez-vous de l’installation d’un tel système en France ? Est-ce une technique liberticide ou au contraire un outil qui permettrait d’améliorer la sécurité ? Opinion du Web vous propose de répondre au sondage suivant.

1 COMMENTAIRE

  1. Je suis contre !

    Quand j’entends que c’est pour lutter contre la délinquance (celle des politiciens ?) et le terrorisme, je me dis qu’on se fiche de nous. Non, c’est une forme de dictature qui s’installe doucement.

    Imaginez quelqu’un qui découvre quelque chose de très grave (produits contaminés, détournements de fonds, pédophilie, etc.) les responsables étant des gens “hauts placés” et qu’il veut le dénoncer. Si on le découvre, je doute qu’il reste en vie bien longtemps s’il peut être ainsi suivi à la trace…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.